Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 00:55

 

Je vous le postai il y à peu, et c’est confirmé, la liquidation de l’Ump est belle et bien programmé.


Souvenons Nous !

 

          Remarquions-nous le dessein de feu Nicolas 3 de Sarkozy qui prend un avion du glam (en tant que ministre de l’intérieur de l’époque) pour partir à un congrès sioniste à New-york, à t-il obtenu un blanc-seing pour sa future élection présidentiel ?, toujours est-il que dans les premiers jours de son retour, notre futur Président parle de karchériser les Banlieues puis mettra enfin le feu à ces dernières  – quoi vous comprenez  déjà ? –

-Un président qui à peine élu s’en va prendre ses vacances et la place de Tony Blair chez le cow-boy planétaire aux 500 000 morts… W.Bush.

- Une tentative de lynchage par les faux listings clear-stream, du seul,  qui à l’Onu s’était opposé (sous l’ère Chirac) à la théorie de conquête siono-Bushiste. Nommons dans le rôle du lynché : Dominique De Vilepin. Tenez regardons de plus près l’accusé Imad Lahoud, qui adule le Mossad Israëlien, qui suite à son mariage se convertit à la religion Juive, et qui rend de menu service… secret….etc

Et à qui ( en réfléchissant 2 seconde ) profita le dossier ?

- qui fut délocalisé et mené en appel par le procureur aux ordres de Nicolas 3 -  :

Nicolas Sarkozy.of course !

Observons également de plus près les déclarations anti-Musulmane de Claude Guéant (proche du Président), et de qui Guéant l’on dit être proche ? Israël ? Dans le mille !

- et que dire du Henri Guaino qui remplace… Brice Hortefeux.

- Mais la perle des perles collée au cou de Nicholas Sarkozy,

l’Homme programmé à la liquidation de L’Ump,

se présentant catholique, mais à « tendances Franc-Maçones, affilié à Israël »  

Au passage par Liquidation, entendez une bonne foi pour toute : dissolution de l’ump dans un seul parti commun au front national.

Et pour cet acte qui forcément fera marqueur dans l’histoire de la France, je nomme également un ex proche, de Jean Marie Le Pen : Monsieur Patrick Buisson.


Vous comprendrez alors pourquoi je vous  écrivais:


Voile, laïcité tout était déjà écris - ou même

Ne tombons pas dans ces pièges – ou encore

comment Israël finance les droites extrêmes Européennes

 

Alors ne restera pour la frange Gaullienne des Ex-Ump,

contre cette spirale qui ne correspond en rien, à leurs valeurs Françaises, à rejoindre sois les camps : de De Vilepin, de Bayrou, peut-être Borloo, Eva Joly, ou Nicholas Hulot, ou voir à moins pire que l'extrême...Aubry (sans Strauss Kahn) cela fait peux de candidats pour sauver une France agonisante de cette politique, mais grévez aux voix des ex-Ump :

- les chrétiens spoliés par la politique va t-en guerre et pro-sioniste de ce Président,

- les personnes de gauche,

- les voix des étrangers constatant l’histoire les frapper comme la foudre,

- les centristes,

- les verts et bien d’autres...

Si ce choix s'avère restreint en tant que « éligible-politique », il n’en demeure pas moins que ce sont les seuls à incarnés cette voix un peu plus salvatrice.

Mais le nombre de votant sera là !

Là pour laissé leur autre histoire de France, contre ceux qui seront et incarneront définitivement… l'extrême spoliation.

Repost 0
Published by 21decembre2012 - dans POLITIQUE- FRANCE
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 22:28

Israël, qui n'en est plus à une option près dans son abjecte conquête mondialo-territorial, se met à se payer le plus possible de partis faschistes Européens. Admettons que du côté des Israëliens les plus "purs" (ou les moins sionistes), cela leur met une drôle de claque, tout autant d'ailleurs qu'aux puristes des extrêmes droitières Européenes. Arriverons bien des jours ou Nethanyu et homologues fachos de tous bords, devront rendre des comptes de cette joyeuse et si barbare escroquerie.

 

Le meltingpot du grand n'importe quoi

 

En décembre 2010, une trentaine de dirigeants d’extrême droite européens se réclamant de la European Freedom Alliance (EFA) s’étaient rendus en Israël. Parmi eux, le néerlandais Geert Wilders, le belge Philip Dewinter, du parti flamand Vlaams Belang, ou encore Heinz-Christian Strache, le successeur autrichien de Jorg Haïder. Mais cette fois de ce voyage Marine Le Pen, n'y sera pas.

Pour Marine c'est, partie remise

 

Dans un premier temps, le parti FN a fermement démenti préparer quelque voyage que ce soit à destination de l’Etat hébreu. Alors que la fille se montre décidée à tourner le dos aux obsessions de son géniteur pour les faits de la seconde guerre mondiale, mais aussi pour la guerre d’Algérie, il apparaît que sous son impulsion, le FN a entrepris de troquer ses oripeaux post-fascistes et racialistes, pour un différentialisme à caractère essentiellement culturel et religieux, teinté d’occidentalisme.

Son lieutenant Louis Aliot ne considère-t-il pas l’antisémitisme comme le principal « verrou de la diabolisation » ? C’est sans doute en partie pour faire sauter ce verrou que Marine Le Pen affirmait récemment que « les camps ont été le summum de la barbarie ». Mais peut-être cela était-il aussi le premier jalon d’une volonté sincère de tourner le dos au passé antisémite et négationniste du Front national.

certains se demandent maintenant s’il sera forcément une bonne chose. Les événements dans le monde arabe changent la donne.Pour le moment cependant, le principe du déplacement reste d’actualité. La balance penche plutôt toujours vers le voyage au Mur des lamentations et au Musée de l’holocauste, afin que les positions de papa ne soient plus qu’un point de détail dans la stratégie présidentielle de Marine. Reste à choisir une date emblématique.

 

Petite citation exemplaire de Marine Le Pen"Après tout, le Front national a toujours été pro-sioniste et toujours défendu le droit à l’existence d’Israël»

 

Rappelons au passage que même sous l'ére Jean Marie, le sionisme à toujours été influent sous le FN, quelques "doux" exemples

 

Serge André Yourevitch Verebrussoff de Beketch, né à Tours dans l'Indre-et-Loire le 12 décembre 1946 et mort le 6 octobre 2007 à Clichy : journaliste français, scénariste de bande dessinée  et un écrivain lié à l'extrême-droite, de tous temps proche du Fn, de Jean-marie Le Pen voir sa page wikipédia, dénnoncé en tant qu'antisémite notoire...( malgré une courte participation au côté d'israel à la guerre des 6 jours.)

et ce dernier fondera devinez quoi ? : Le Cercle d'amitié française juive et chrétienne proche du front national avec Bernard Antony, Alain Sanders, Jean-Pierre Cohen et Pierre Semour. il est écris ça et là être proche en fin de compte d'un service rattaché au mossad

 

Jean-Pierre Cohen, né le 1er décembre 1941 à Oran (en Algérie, alors dans un département de l'Algérie française), est un journaliste français.

Ancien journaliste de l'hebdomadaire Minute (1966 à 1981) dont il a été le rédacteur en chef de 1993 à 1995, il a collaboré fréquemment avec Serge de Beketch dans Le Libre Journal de la France Courtoise. Il y fut notamment l'auteur de chroniques d'humour sépharade, publiées ensuite un recueil en deux volumes, appelé « Les Cohenneries » : il s'y met en scène dans le rôle d'un juif paranoïaque terrorisé par l'antisémitisme,

Co-président du Cercle d’Amitié française juive et chrétienne (proche du Front national), il est auteur, avec Bernard Antony d'une brochure, intitulée : « Ni raciste, ni antisémite, le FN répond aux organisations juives qui le combattent injustement. »

 

Bernard Romain Marie Antony   est un journaliste, essayiste et militant politique français, né à Tarbes (Hautes-Pyrénées) le 28 novembre 1944. Il est l'un des principaux chefs de file de la sensibilité « traditionaliste », nationale et catholique. député européen Front national de 1984 à 1999. Coprésident du Cercle d'Amitié française juive et chrétienne avec Jean-Pierre Cohen et Serge de Beketch.  participe en 1982 à la fondation du quotidien Présent, dont il sera le directeur général

Repost 0
Published by 21decembre2012 - dans POLITIQUE- FRANCE
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 16:21

Vous découvrez sur mon blog la politique pro-sioniste de la France dirigé par Nicolas Sarkozy, mais sur qui s’appuie t-il avant tout, pour dénicher ses joyeuses pépites béligérantes. Eh bien principalement sur quatre hommes que voici :


- Claude Guéant, ex-secrétaire général du palais de l’Élysée. C’est l’ancien bras droit de Charles Pasqua. ce dernier aux ordres d'Israël depuis des lustres puisque officier d’honneur du Mossad, ce qui n'est pas rien après tout.
- François Pérol, secrétaire général adjoint de l’Élysée. C’est un associé-gérant de la Banque Rothschild. tout est dit pour lui !
- Jean-David Lévitte, conseiller diplomatique. Fils de l’ancien directeur de l’Agence juive. Ambassadeur de France à l’ONU, il fut relevé de ses fonctions par Chirac qui le jugeait trop proche de George Bush.
- Alain Bauer, l’homme de l’ombre. Son nom n’apparaît pas dans les annuaires. Il est chargé des services de renseignement. Ancien Grand-Maître du Grand Orient de France (la principale obédience maçonnique française) et ancien n°2 de la National Security Agency états-unienne en Europe.

 

Ici un bon article sur la propagation de Feu Sarkozy depuis... le berceau

 

Sinon pour en savoir bien plus un livre qui à tenu ses promesse

 

Dernier livre en date de Paul-Éric Blanrue (version française)

Repost 0
Published by 21decembre2012 - dans POLITIQUE- FRANCE
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 15:20

Vous vous souvenez du Rabbin soit disant attaqué, de la Femme Juive soit disant rouée de coups puis violée par des jeunes qui ressemblaient à... des Musulmans, Vous vous souvenez de quelques soi disant départ d'incendies dans des synagogues, et autres burlesques affaires. C'est de la coïncidence pensez-vous, et bien pourtant dans les services, ils n'existe que très peu de coïncidences. Lisons la suite, s'était écrit depuis 2004 puis révélé dans un livre Allemand de 2006.

 

25 octobre 2006 Un livre paru en Allemagne fait la lumière sur le programme clandestin du Mossad destiné à provoquer la violence parmi les musulmans d’Europe Occidentale et à lancer des opérations sous « fausse bannière » afin que les gouvernements occidentaux en rejettent la faute sur les radicaux musulmans.

Le livre « Der Krieg im Dunkeln » (« La guerre dans l’ombre ») de Udi Ulfkotte, un ancien correspondant du Frankfurter Allgemeine Zeitung, fournit les détails des opérations de deux unités de renseignement israéliennes : le Metsada, spécialisé dans le sabotage, incluant attaques terroristes et assassinats commis sous de « fausse bannière », et le LAP (Lohamah Psichlogit) qui oeuvre dans la guerre psychologique. L’empreinte du renseignement israélien est retrouvée dans toutes les émeutes musulmanes en France.

Le livre précédent de Ulfkotte sur l’extrémisme islamiste, intitulé « The War In Our Cities » (« La guerre dans nos villes ») fut retiré du marché allemand à cause des « des importantes pressions légales de plaignants musulmans ». Ulfkotte affirme que les services de renseignement allemands et britanniques ont rencontré des agents du Metsada et du LAP en France fomentant les violences de novembre 2005 attribuées... aux extrémistes musulmans. Il rapporte également que le Ministre de l’Intérieur et candidat à l’élection présidentielle Nicolas Sarkozy, qui est soutenu en France par les factions favorables à l’aile droite israélienne (Likud/Netanyahu/Olmert), a coordonné et continue de coordonner le paiement d’agents provocateurs pour susciter la violence dans les banlieues parisiennes à prédominance musulmane et d’autres villes. Les émeutes de novembre 2005 se sont répandues de Paris vers Rouen, Lille, Nice, Dijon, Strasbourg, Marseille (où la branche C du Mossad, également responsable de Paris et de Londres, maintient une forte base), Bordeaux, Rennes, Pau, Orléans, Toulouse, Lyon, Roubaix, Avignon, Saint-Dizier, Drancy, Evreux, Nantes, Dunkerque, Montpellier, Valenciennes, Cannes et Tourcoing.

Ulfkotte mentionne une source du MI 16 britannique qui a rapporté que le but d’Israël est de dépeindre les musulmans comme des menaces imprévisibles, qui ne peuvent être intégrés dans la société occidentale.

Pendant ce temps, des sources du renseignement US rapportent un effort continu du renseignement israélien à fomenter des opérations « sous fausse bannière » aux États-Unis. Outre les ressortissants israéliens et les ressortissants à double nationalité US-Israël pris à observer des tunnels, des ponts, des bases militaires, des gratte-ciels, des agences gouvernementales, des résidences privées d’agents gouvernementaux, des aéroports, des usines chimiques ou pétrolières et d’autres cibles potentielles, des ressortissants israéliens continuent d’être pris engagés dans d’autres tactiques terroristes. Il y a aussi une infiltration sans précédent par des agents du Mossad à des postes de haut rang au sein du « Department of Defense », de la CIA, du « Homeland Security Department », du FBI et d’autres agences, toutes continuant officiellement à reconnaître Israël comme une nation au « service de renseignement hostile ».

Mardi, Yechezkel Wells, un citoyen de 21 ans à double nationalité US-israélienne, plaidait coupable pour une fausse alerte à la bombe lancée le 26 août depuis une cabine téléphonique vers les « Airport Emergency Services » de Long Beach en Californie. Wells clama qu’il avait lancé l’alerte parce qu’il était en retard et qu’il espérait faire reculer l’heure de décollage de son vol de Long Beach vers Fort Lauderdale en Floride. Le vol de la compagnie Jet Blue fut retardé d’une heure.

On ne sait pas grand-chose de Wells. Il prétend être étudiant mais on n’a aucune information sur l’école qu’il fréquente. Wells a plaidé coupable de simple acte criminel pour avoir communiqué de fausses informations sur une menace visant un avion. La sentence est prévue pour le 29 janvier 2007 et Wells encourt la peine maximale de 5 années d’emprisonnement. Si le passé est un prologue, on peut s’attendre à ce que l’administration Bush accepte comme épreuve probatoire une expulsion vers Israël où, comme des centaines d’autres agents du Mossad, du Metsada et du LAP attrapés dans des opérations de terrorisme sous fausse bannière et autres opérations psychologiques aux États-Unis avant, pendant et après les attaques du 11 septembre, il pourra continuer à exercer ses activités de manipulations.

 

Plus ici http://www.iceberg911.net/madsen-2.html

 

Repost 0
Published by 21decembre2012 - dans POLITIQUE- FRANCE
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 20:06

Il faut bien comprendre le Dessein politique et un peu obscure, reconnaissons-le, qui se cache derrière la Bande à Sarko, copé, Guéant. Passons leur dessein Géopolitique-international, iran... Afghanistan déjà soumis (plutôt imposé) par le sionisme.

Ici en France la finalité de tout ça, en plus de graves désordre, est de rejoindre les Droites. Le grand problème des décideurs, et la priorité des sionistes jusque là en France, était de faire main basse sur la droite, toutes les droites. Depuis longtemps ils sont bien placés sur la gauche (je ne vous apprend rien) , ils ont aussi depuis quelques années embrigadés Le FN notamment sous l'ère Marine ( et jusqu'à Devilliers ), mais avec Jacques Chirac et Dominique de Villepin cela n'allait pas du tout dans leur sens ! Une fois avoir placé, Sarkozy en imposant face à lui une dinde de première (Ségolène Royal) qui ne pouvait que le faire gagner, (la même opération qu'aux états unis en plaçant face à Obama, Sarah Palin). Il Faut donc que la France ne leur échappe plus, que vous votiez à gauche comme à droite. Mais ce dessein ne serait et ne pourrait-être complet sans l'union Fn-Ump. Alors quitte à demander au Fn de modérer, et à l'UMP de durcir pour faire la jonction sur le Flanc... des Musulmans ! D'autant que ce schéma ne pourrait se faire avec le très influent avéré sioniste qu'est Dominique Strauss Kahn, puisqu'il se prétend encore de gauche.. ça n'irait plus ! D'ou l'emprèssement de la bande à Sarko à appuyer sur l'indigeste accélérateur anti-musulman. Cqfd, la France (presque) totalement indépendante ne sera alors plus que... souvenirs. Il est vrai: lorsque l'on est un "Sayanim" ou un service indigent extèrieur, que la gauche ou la droite l'emporte rien à battre, du moment que le dessein de la maison mère (Israël) se produise.

Repost 0
Published by 21decembre2012 - dans POLITIQUE- FRANCE
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 19:03

Pourquoi il serait incongru et dangereux de (re-)donner La France, à une personne soutenant l'action Sioniste

 

Répondant à une conférence intitulé The Balance of Israël National security

 

Extrait - sur une Question d’Emile Malet : Juif en France ?

Réponse de Dominique Strauss-Kahn :

 

Je considère que tout Juif de la diaspora, et donc c’est vrai en France, doit partout où il le peut apporter son aide à Israël. C’est pour ça d’ailleurs qu’il est important que les Juifs prennent des responsabilités politiques. Tout le monde ne pense pas la même chose dans la Communauté juive, mais je crois que c’est nécessaire. Car, on ne peut pas à la fois se plaindre qu’un pays comme la France, par exemple, ait dans le passé et peut-être encore aujourd’hui, une politique par trop pro-arabe et ne pas essayer de l’infléchir par des individus qui pensent différemment en leur permettant de prendre le plus grand nombre de responsabilités. En somme, dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, au travers de l’ensemble de mes actions, j’essaie de faire en sorte que ma modeste pierre soit apportée à la construction de la terre d’Israël.

Repost 0
Published by 21decembre2012 - dans POLITIQUE- FRANCE
commenter cet article
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 15:00


Un livre qui devrait nous en apprendre un peu plus sur leurs méthodes habituelles

 

interview de Jacob Cohen (lui même juif)
sur son roman militant‏: « Le printemps des sayanim »

Pourquoi ce titre ?

J’ai voulu que le terme « sayanim » apparaisse d’emblée et interpelle le lecteur. On se pose la question, et la définition se trouve juste dans les premières lignes de la 4e.

La problématique est installée, sans faux-fuyants, et sans réserve. Idéalement, j’aimerais que ce terme entre dans le vocabulaire courant, dans les analyses, et dans les commentaires.

Voulez-vous nous la rappeler ?

Les sayanim - informateurs en hébreu - sont des juifs de la diaspora qui, par « patriotisme », acceptent de collaborer ponctuellement avec le Mossad, ou autres institutions sionistes, leur apportant l’aide nécessaire dans le domaine de leur compétence.

Comment avez-vous eu l’idée d’écrire sur les sayanim ?

C’est la conjugaison de plusieurs éléments. La lecture de tout livre sérieux sur le Mossad montre l’importance essentielle de ces citoyens juifs qui décident de travailler pour les services secrets israéliens. Imaginez des dizaines de milliers d’agents, occupant des fonctions dans toutes les couches sociales, et qui obéissent au doigt et à l’œil au Mossad. Il est à noter que les auteurs anglo-saxons sont beaucoup plus prolifiques sur ce sujet. Je suis d’assez près l’actualité proche-orientale, et je consulte les médias des 2 bords. Et je suis sidéré, presque fasciné, par la puissance médiatique du lobby pro-israélien. Et comment il arrive à faire rentrer dans les esprits, jusqu’à devenir des banalités admises, des concepts comme « la seule démocratie de la région », ou tellement aberrants, comme « assurer la sécurité d’Israël ». Le fait de savoir que des sayanim sont en grande partie le moteur de cette propagande permet une lecture plus lucide et plus pertinente de l’actualité.

Est-ce une réalité ?

Je comprends le sens de la question. Je cite Gordon Thomas au début du livre. C’est un spécialiste reconnu des services secrets, en particulier du Mossad. Tellement reconnu qu’il a interviewé tous les chefs du Mossad depuis les années 60, et tous ont admis, en s’en glorifiant, l’apport crucial des sayanim à travers le monde. Je cite également Victor Ostrovsky, l’un des rares agents du Mossad à avoir publié, après son départ de l’institution, un témoignage unique et inédit sur le service secret, ses méthodes, ses objectifs, ses ressources.

Quel est leur nombre ?

En France ils seraient près de 3000. Ostrovski, ex-agent du Mossad, estime leur nombre à 3000 rien qu’à Londres. On peut imaginer leur importance aux Etats-Unis. Mais le « réservoir » est infini. Si on associe le Bnai Brit (franc-maçonnerie juive internationale), la WIZO (organisation internationale des femmes sionistes), les organisations judéo-sionistes nationales, comme l’UPJF, l’UEJF, le CRIF... en France, et dans les autres pays, ainsi que les sympathisants, on arrive facilement au chiffre de un million de juifs prêts à travailler pour le Mossad. Evidemment ils ne sont pas tous recrutés à cette tâche. Car il faudrait des centaines d’agents pour les traiter. Le Mossad se contente d’en avoir dans tous les secteurs d’activité, avec un accent particulier sur les plus sensibles : les médias, les grands hôtels et les agences de voyage (pour surveiller les allées et venues des Arabes en général, des agents de renseignement, des hommes d’affaire, enfin de toute personne susceptible d’atteindre les intérêts israéliens.

Un cas concret pour en comprendre le mécanisme ?

Pour revenir à Victor Ostrovsky. Lorsque la France a construit une centrale nucléaire en Irak dans les années 70, des scientifiques irakiens étaient venus à Saclay pour se perfectionner. Le Mossad était bien sûr intéressé à les connaître pour pouvoir agir sur eux. N’importe quel autre service secret aurait eu besoin de moyens en hommes, de filature, d’argent pour corrompre, peut-^tre de tentatives d’effraction, et de temps, pour y arriver éventuellement. Le Mossad, et c’est sa supériorité, s’est tout simplement adressé à un informateur juif (sayan) qui travaillait à Saclay. Et a demandé que lui fussent fournis les dossiers complets originaux. Car il se méfiait des photocopies. La majorité des renseignements étant en arabe, c’est lui-même qui s’est acquitté de cette tâche. Quel autre service de renseignements peut bénéficier de telles complicités ? Après, ce fut un jeu d’enfant pour piéger l’un de ces scientifiques, remonter jusqu’à leur responsable, et l’assassiner lors de sa visite à Paris.

Ces agents juifs n’interviennent-ils que dans des cas d’espionnage ?

Pas du tout. Les sayanim interviennent aussi et surtout dans les manipulations médiatiques. D’ailleurs le Mossad possède un département important, appelé le LAP, pour « guerre de propagande ». Il me revient un exemple historique. Rappelez-vous le film EXODUS. Il a réécrit l’histoire de 1948 et imposé la vision sioniste pour au moins une génération. En 1961, c’est le premier ministre israélien en personne qui a accueilli l’équipe du film à l’aéroport. C’est dire l’importance qu’on lui accordait.

Rappelons l’importance du Bnai Brit. 500 000 membres dans le monde, probablement 400 000 aux Etats-Unis, dont 6 000 dans le secteur du cinéma. Comment imaginer qu’un film ou qu’une série défavorable à Israël puisse voir le jour ?

Et plus récemment ?

Le cas le plus flagrant est celui du soldat israélien enlevé par le Hamas. Le réseau des sayanim à travers le monde a fait en sorte que son nom soit tellement matraqué que personne ou presque n’ignore son nom. Par ailleurs, son père a été reçu à plusieurs reprises par tous les dirigeants occidentaux, par Sarkozy, Merkel, Blair, Berluscuni, Zapatero, Barroso, par le secrétaire général de l’ONU, par le parlement européen, par l’assemblée de l’UNESCO, enfin le gratin mondial. Comment est-ce possible sans l’intervention de sayanim bien placés dans les instances gouvernementales, économiques, culturelles, médiatiques ? Je rappelle qu’il s’agit d’un caporal d’une armée d’occupation. Quel autre prisonnier peut bénéficier d’une telle sollicitude internationale ? Et avoir son portrait géant sur l’édifice de la Mairie du 16e arrondissement ? Des hommes politiques français, dont Sarkozy et Kouchner, ont exigé sa libération pour raisons humanitaires. Sans dire un mot des milliers de prisonniers palestiniens.

Dans quel but ?

Il s’agit de faire pénétrer dans l’opinion internationale qu’Israël a un « otage » (un seul !) aux mains du Hamas. Cela fait oublier les 11 000 prisonniers palestiniens détenus dans les geôles israéliennes. L’écrasante majorité d’entre eux sont des prisonniers politiques, c’est-à-dire condamnés pour leur lutte pacifique pour l’indépendance. Rappelons qu’Israël est le seul pays « démocratique » au monde qui applique la détention administrative : pouvoir emprisonner n’importe quel citoyen sans avocat, sans jugement, sans motif, sans limitation dans le temps. Et c’est sur cette base que les forces d’occupation ont kidnappé, juste après l’enlèvement du soldat, 45 personnalités politiques du Hamas, en majorité des élus du peuple. Sans qu’elles aient rien à leur reprocher. Cela s’appelle des « représailles collectives » condamnées par le droit international, et rappelle le comportement de l’occupant nazi en France.

Ainsi, pendant que les médias nous matraquent avec le soldat « otage », on oublie le plus important, et le plus horrible.

Une expérience personnelle : Le 26 juin, le journal du matin de TV5 avait encore fait un reportage sur le drame de ce soldat « otage ». J’ai écrit en rappelant que l’honnêteté journalistique aurait exigé de mentionner les prisonniers soumis à la détention administrative et le kidnapping des 45 élus du Hamas. Aucune réponse, aucun correctif.

Comment se fait-il qu’on ne parle pas beaucoup des sayanim ?

Cela reste un mystère. Comment des journalistes aguerris ont pu disserter sur Israël sans mettre sur le doigt sur cet aspect capital ! Je mets cela sur la puissance des sayanim qui ont réussi l’exploit de ne pas faire parler d’eux. Il ne faut pas oublier que la chape qui écrasait les médias pour diffuser la pensée unique favorable à Israël n’a commencé à se fissurer que depuis quelques années.

Pourquoi des citoyens juifs français par exemple deviennent des sayanim ?

Vous savez, l’idéologie sioniste, jusqu’en 1948, était loin d’être majoritaire dans les communautés juives. Je me souviens qu’au Maroc, dans les années 50, les rabbins vilipendaient les sionistes. Et puis la création d’Israël, la propagande, la hantise d’un nouveau génocide, ont fait en sorte que les institutions juives ont basculé dans un appui inconditionnel à l’Etat juif. Aujourd’hui en France il n’est pas admissible d’exprimer la moindre réserve dans le cadre des institutions juives. La propagande est telle que les citoyens juifs qui vivent dans le cadre de ces institutions développent un second patriotisme et un nationalisme hors du commun. Au besoin, comme illustré dans le roman (l’épisode du cardiologue), le Mossad fera appel au chantage patriotique.

Vous donnez une grande importance à la franc-maçonnerie dans votre livre. Pourquoi ?

La franc-maçonnerie me paraît une illustration parfaite du travail d’infiltration et de propagande mené par les sayanim. D’abord pour montrer qu’aucun domaine ne leur échappe. Il n’y a pas de petits profits. Là où on peut pousser à la défense d’Israël, on le fait sans états d’âme. Par ailleurs, cela montre que les juifs sionistes ne reculent devant rien. Car peu de gens ignorent - même si on n’est pas familier avec la franc-maçonnerie - que celle-ci est d’abord laïque, ouverte à tous sans distinction de race, de religion, ou d’orientation politique. Et voilà que des franc-maçons juifs et sionistes créent en 2002 une loge spécifiquement juive, et sioniste pour défendre Israël.

Je l’ai vécu personnellement, car j’ai été franc-maçon pendant près de 17 ans. Cela s’est passé en 2002, au plus fort de la seconde intifada. Cela n’était pas dit expressément, car c’est contraire à l’éthique maçonnique, mais dans les faits cela revenait au même. Ne devinant pas de quel bord j’étais, ces frères m’ont mis au parfum sans ambages. Et à mon avis c’était couvert par les instances supérieures. Tout ce qui se disait dans la loge était favorable à Israël (voir le 1er chapitre et la conférence tendant à faire un parallèle entre les réfugiés palestiniens et les juifs partis des pays arabes, souvent à l’instigation du Mossad). Et chaque année, la loge organise un « voyage d’information » en Israël, encadré par des fonctionnaires du ministère israélien des Affaires étrangères.

Un de mes personnages principaux, Youssef El Kouhen, va subir les foudres des sayanim franc-maçons. Fils d’immigrés maghrébins, il pense faire un pas décisif dans son intégration républicaine en étant admis au sein du Grand Orient. Mais ayant découvert l’existence de cette loge « judéo-sioniste », il va tenter, avec d’autres frères arabes de contrer leur propagande en créant une loge pro-palestinienne. Mais là il va se heurter à la puissance du lobby sioniste implanté au Grand Orient de France et subira une défaite cinglante. Ce lobby va agir au mépris de toutes les lois de l’Obédience.

En parcourant le livre, on s’aperçoit que certains personnages ressemblent étrangement à des personnes connues, surtout pour leurs sympathies sionistes.

Parmi les 3 000 sayanim français, certains sont connus. Pas en tant que sayanim. Par définition, ce sont des agents secret. Mais étant donné leur soutien constant à Israël et leur participation active à des campagnes savamment orchestrées, il est probable qu’ils agissent dans ce cadre. J’ai voulu les montrer en action, par exemple pour recruter pour monter en épingle une rencontre sportive israélo-palestinienne à Paris, sans autre finalité que de donner l’illusion d’un processus de paix.

Et plus explicitement ?

Il y a plusieurs années, un match de football a eu lieu au Parc des Princes entre des jeunes israéliens et palestiniens. Ce qui avait donné lieu à un battage publicitaire démesuré. J’ai repris cet événement en tentant d’imaginer les coulisses, les pressions, les manipulations, les interventions. Pour obtenir gratuitement le stade, pour le remplir avec des jeunes de banlieue en faisant intervenir le rectorat, en sollicitant des subventions de l’Union européenne et de la Mairie de Paris, en faisant pression sur les dirigeants musulmans « modérés » pour qu’ils apportent leur caution. Une opération de propagande rondement menée grâce aux sayanim, et leurs alliés, dont les plus indéfectibles : SOS Racisme et la Mairie de Paris.

On retrouve souvent SOS Racisme. Pourquoi ?

Pour moi, cette organisation sert de courroie de transmission aux idéologies sionistes. Sa proximité incestueuse avec l’UEJF, un des piliers du soutien à Israël, en est une illustration. Jamais SOS Racisme n’a lancé par exemple une campagne contre l’occupation israélienne, alors qu’elle se démène contre le Soudan. En occupant le terrain, grâce à des subventions généreuses, SOS Racisme empêche l’émergence d’autres organisations anti-racistes plus proches des exigences de la majorité de ses membres. On entend d’ailleurs plusieurs voix, dont celle de Joey Star, réclamer une autre organisation anti-raciste, issue des quartiers, et les représentant légitimement.

Dans le roman, je développe un point de vue qui ne doit pas être loin de la réalité. En fait, c’est l’UEJF et ses alliés sionistes qui cherchent un candidat pour remplacer l’actuel président. D’ailleurs, quand un président de l’UEJF quitte son poste, il devient vice-président de SOS Racisme. Après un noir, les sionistes cherchent un beur présentable qui appliquera les consignes. Tout prétendant à ce poste connaît les enjeux.

Tout un chapitre est consacré à la Mairie du 16e arrondissement. Pour quelle raison ?

Cette Mairie est un des châteaux forts des sionistes. Le Bnai Brit (franc-maçonnerie juive internationale) s’y réunit régulièrement et y organise son salon du livre. Son maire est un ardent défenseur d’Israël. Un portrait géant du soldat israélien enlevé par le Hamas orne la façade de la Mairie.

Il y a ce personnage, MST, qui traverse tout le roman, et qui ressemble furieusement à BHL...

Je vous laisse la responsabilité de ce constat. Il est vrai qu’il y quelques ressemblances, mais en principe ce n’est pas lui. Ceci dit, il ne me déplait pas que certains fassent ce rapprochement. Michel-Samuel Taïeb est effectivement un personnage central, correspondant à son rôle flamboyant, à ses nombreux réseaux, à son implication sans réserve en faveur d’Israël, à l’acharnement avec lequel il recrute d’autres sayanim. C’est lui qui va recruter le cardiologue, qui va intervenir à l’Elysée pour donner l’ordre aux rectorats de remplir le stade de jeunes beurs, qui va appeler un responsable d’émission à Canal Plus pour humilier en direct des militantes de SOS Palestine, qui va faire pression sur le recteur de la Mosquée de Paris pour soutenir ce prétendu « match pour la paix », etc.

On a l’impression que vous vous êtes pas mal amusé avec les noms des sayanim.

Je n’ai pas pu m’en empêcher. Le fait de trouver ces noms, que d’aucuns pourraient rapprocher de personnages réels, me remplissait de joie à chaque fois. Il est vrai que mes sympathies vont là où vous savez. Je n’avais aucune raison de les épargner.

Est-ce à dire que c’est un roman politique ?

Si on entend par là qu’il prend position de façon claire et nette, tout en dénonçant les pratiques de chantages et de manipulations au profit d’une politique impérialiste, alors oui, c’est un roman politique. D’ailleurs il est dédié « à tous ceux qui se battent pour la justice en Palestine ». La forme romanesque n’est qu’un méthode pour y arriver. Bien qu’une grande partie du livre se base sur des faits réels, ou exprime une réalité telle qu’elle pourrait se dérouler. Lorsque MST appelle Canal Plus, je n’étais pas à l’écoute, mais la façon dont la plupart des grands médias lui déroulent le tapis rouge me fait penser que c’est sa manière d’agir. Et d’être obéi.

Est-ce qu’on vous mettra des bâtons des les roues ?

Certainement. Les sayanim et leurs complices, et ils sont nombreux et occupent des postes stratégiques, feront tout pour élever un mur de silence. Ou bien ce sera le déni. Ou enfin le recours à ces vieilles méthodes de l’amalgame. Une critique d’Israël équivaut à de l’antisémitisme. Parler des sayanim, c’est revenir à cette accusation de complot que certains antisémites au tournant du 20e siècle lançaient aux juifs pour les discréditer. Le discours du déni, et d’un certain terrorisme intellectuel, est bien rodé.

Que peut-on vous souhaiter ?

J’espère d’abord que ce livre ouvrira les yeux sur cette force puissante et insidieuse mise au service d’une idéologie de domination. Qu’il permette ensuite un décryptage plus pointu des événements. Et enfin qu’il favorise l’émergence de contre-pouvoirs.

Editeur : L’Harmattan (17 mars 2010)
Langue : Français
ISBN-10 : 2296112846
ISBN-13 : 978-2296112841

SOURCE : http://jijel-echo.com/modules/news/comment_new.php?com_itemid=6110&com_order=1&com_mode=nest

Repost 0
Published by 21decembre2012.over-blog.com - dans POLITIQUE- FRANCE
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 16:39

De source si peu...diplomatique, un autre Kouchener nous apparu !

 

A l'époque... Frank Wisner Jr., qui avait été nommé "envoyé spécial du président Bush pour l’indépendance du Kosovo", eu à insister pour que Bernard Kouchner soit nommé ministre des Affaires étrangères avec une double mission prioritaire : l’indépendance du Kosovo et la liquidation de la politique arabe de la France. Vous en voulez plus !


Kouchner Il commença à faire parler de lui en étant un animateur du comité de grève de la faculté de médecine de Paris en mai 1968 et il n’était pas l’un des derniers à parler du haut des barricades avec sa fougue, qu’il a toujours intacte aujourd’hui pour des causes qui lui semblaient juste à l’époque. Puis construction de sa carrière en participant à la création d’une ONG humanitaire. Grâce aux financements de la National Endowment for Democracy, il a participé aux opérations de Zbigniew Brzezinski en Afghanistan, aux côtés d’Oussama Ben Laden et des frères Karzaï contre les Soviétiques. On le retrouve dans les années 90 auprès d’Alija Izetbegoviç en Bosnie-Herzégovine. De 1999 à 2001, il a été Haut représentant de l’ONU au Kosovo.

Sous le contrôle de Wali, le frère cadet du président Hamid Karzaï, l’Afghanistan est devenu le premier producteur mondial de pavot. Le suc est transformé sur place en héroïne et transporté par l’US Air Force à Camp Bondsteed (Kosovo). Là, la drogue est prise en charge par les hommes d’Haçim Thaçi qui l’écoulent principalement en Europe et accessoirement aux États-Unis. Les bénéfices sont utilisés pour financer les opérations illégales de la CIA.
Karzaï et Thaçi sont des amis personnels de longue date de Bernard Kouchner, qui certainement... ignore leurs activités criminelles malgré les rapports internationaux qui y ont été consacrés. Depuis son ex-investiture en tant que ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner ne s’est pas levé contre la visite de Kadhafi, a critiqué le secrétariat aux Droits de l’Homme, multiplie parfois les déclarations à l’emporte-pièce en parlant de « guerre contre l’Iran », etc… Depuis il est mis en cause dans un ouvrage « Le Monde selon K » qui fait référence à des conflits d’intérêts pour des sommes rondelettes… S’il s’avère que l’on ne peut rien reprocher sur le plan juridique à Bernard Kouchner, certains mettent en cause l’argument moral qui consiste à travailler pour des dictateurs africains pour des contrats mirobolants pour bon nombre de Français.

Repost 0
Published by 21decembre2012 - dans POLITIQUE- FRANCE
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 03:17

Ou quand L'islamophobie de certains carêsse le grand n'importe quoi... des autres !

on savait que pour raisons financières les Le Pen's avaient fait allégence avec Israël et ses subsides, et bien puisque l'enculade se fait tendre... ajoutez-y maintenant (...) un peu de sionisme, de franc-maçonnerie, de jeunesses du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, le Bloc identitaire précité et plusieurs de ses courroies de transmission, ainsi que Riposte laïque et Résistance républicaine, deux groupes issus de la gauche laïcarde devenus en quelques mois des références incontournable de l’extrême droite islamophobe. Vous mélangez bien le tout ...encore un petit peu...et vous avez devant vous la plus grande crétinerie que chacun se plaisaient d'un bord comme de l'autre à rejeter l'un contre l'autre. Nul doute qu'entre la peste et le choléra qui sont dorénavant pieds et mains liés l'un bien avec l'autre ! et que si nous avions juste comme ça, un jour à tirer un bord... Alors surement que de passer pour de gros décervelés incontinents, pour ceux à qui il reste un tout petit peu d'âme, serions ( faute de trouver un salut laique) forcément vers ceux à qui il reste le plus de cohérances...l'islamisme.

 

Il est des informations banales qui sont parfois lourdement signifiantes.

Deux d’entre elles – récentes : elles datent de fin mai/début juin – illustrent la montée en puissance au sein de l’extrême droite française d’un courant multiforme : le national-sionisme.

On sait qu’il existe en ce moment une controverse importante au sein de la mouvance sioniste française. Elle porte sur l'appel de J Call paru dans Le Monde le 3 mai dernier et visant à rassembler les sionistes de gauche critique vis-à-vis de l’actuel gouvernement israélien. Aussitôt, un contre-appel des sionistes de droite a été organisé sous le nom de Raison garder.

Dans la liste des signataires de ce second appel, on trouve sans surprise les noms d'islamophobes patentés, habituellement assez appréciés des milieux identitaires : Redeker, Goldnadel, Bat Yeor, Millière, Gurfinkiel, etc. Mais ce n’est pas tout et on y relève aussi les signatures de Jean-François Touzé qui issu de l’extrême droite la plus radicale fit carrière au Front national, de Benoît Fleury qui fut un cadre d'Unité radicale et le dernier chef national du GUD, ainsi que celle de Fernand Cortès, qui était tête de liste départementale de la Ligue du Midi (une coalition électorale identitaires) aux dernières régionales. Cet intéressant personnage dont le site internet porte le même nom qu’un des journaux antisémites les plus virulents des années 1940-1945, est le même que celui qui déclarait il y a peu de temps : « Je confirme que le Bloc identitaire n’ a jamais été antisémite et que ses relations avec la communauté juive française sont bonnes (je suis bien placé pour en parler car je suis à l’ origine de leur développement) et qu’ elles deviennent excellentes car de très nombreux Juifs deviennent sympathisant du BI et le soutiennent résolument. » Ce qu’il ne précisait pas, c’est que le principal dirigeant du BI fut condamné – sans doute dans une autre vie – pour révisionnisme historique !

Plus récemment encore, on a pu lire sur nombre de sites liés à l’extrême droite française l’annonce d’un « apéro géant » organisé le 18 juin à la Goutte d'Or.
Qui trouvait-on parmi ses initiateurs ?
Les jeunesses du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, le Bloc identitaire précité et plusieurs de ses courroies de transmission, ainsi que Riposte laïque et Résistance républicaine, deux groupes issus de la gauche laïcarde devenus en quelques mois des références incontournable de l’extrême droite islamophobe.
Ce n'est pas inutile de se souvenir que le 27 avril 2010, Pierre Cassen, rédacteur en chef de Riposte laïque, a été reçu à la mairie du XVIe arrondissement de Paris par les loges Ben Gourion, Hatikva et Déborah-Sam-Hoffenberg du B’nai B’rith.
Pour ceux qui situeraient pas clairement le problème, rappelons que le 26 mars 1986, le quotidien Le Monde faisait paraître le communiqué suivant, suite à l’entrée à l’Assemblée nationale de 35 députés FN : « Les associations B’nai B’rith lancent un appel à la vigilance, attirent l’attention des partis de la nouvelle majorité contre toute tentation de vouloir reprendre les slogans extrémistes sur l’insécurité et les idées xénophobes à l’encontre des immigrés, et rappellent aux représentants de ces partis leurs engagements pris au cours des forums des B’nai B’rith, devant la Communauté, déclaration reprises après proclamation des résultats du vote, de ne s’allier en aucun cas au Front national. »
Quant à Christine Tasin, l'animatrice de Résistance républicaine, il est de notre devoir de rappeler que c’est une enseignante, ancienne adhérente et candidate du Parti socialiste, qu’elle a quitté en 2002. Fondatrice de l’association Les joyeux jacobins à Saintes qui organise tous les ans en septembre une fête appelée « les sans-culottides », elle fut militante du Mouvement républicain et citoyen de Chevènement jusqu’au 18 février 2009. Elle fut aussi deuxième de liste de DLR dans la circonscription Ouest lors des dernières européennes. Durant ces élections, elle n'eut pas eu de mots assez durs pour dénoncer le Front national. Ces dernières semaines, elle s'est singularisée en soutenant l'action de la marine israélienne contre les bateaux des humanitaires se rendant à Gaza.
C’est pour que personne ne puisse dire qu’il ne savait pas que l’équipe de voxnr.com reproduit ci-dessous une série d'articles publiés par le mensuel Résistance et consacrés au national-sionisme en France et en Europe.
On nous accusera sans doute de diviser le mouvement de résistance nationale. Tout au contraire nous entendons le renforcer. Cela en dénonçant ceux qui ont fait le choix du national-sionisme. C’est-à-dire ceux qui voudraient nous engager dans des alliances improbables avec des lobbies qui n’ont eu de cesse, ces quarante dernières années, de nous lier les mains et de nous tirer dans le dos. C’est-à-dire aussi ceux qui voudraient nous voir prendre des voies comme la lutte contre l’islam au lieu de celle contre l’immigration, l’alignement sur l’Occident, le libéralisme économique, etc. qui sont sans issues pour le mouvement national mais qui seraient forts utiles pour la finance apatride et les lobbies.

extrait de http://www.voxnr.com

Repost 0
Published by 21decembre2012.over-blog.com - dans POLITIQUE- FRANCE
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 13:58

Certains d'entres-vous s'étonne, - bien à raisons - sur le fait que le Front National ne s'étend jamais sur la communauté juive, ne s'exprimant également jamais sur la colonisation juive de la Palestine.


Ou plus prosément transcrit par : Pourquoi le front national s'empare ou s'en prend-il, exclusivement à la communauté musulmane ?

Naïvement nous aurions tendance à répondre par: "chat échaudé craint l'eau froide".

A cela je vous répond "ce serait mal connaitre, et sous évalué le statège-bilan de l'ex-leader du Fn" 

 

Jean Marie Le Pen était-il encore plus intelligent, manipulateur qu'il n'y paraissait ?

Mais ça c'est dans le mille, tiens !

 

Peut-être, et à y regarder de plus près lors de ses précédentes déclarations tonitruantes le 13 septembre 1987, sur les chambres à gaz  ou celle à suivre de Durafour crématoire ne serait qu'un de ces fameux écran de fumés pour les non-voyants ? ou pour les extra-lucides un coup à quatres bandes? que seul un maitre esbrouffe sait jouer.

 

En tirant ainsi sur la communauté juive, n'aurait t-il pas forcé un rapprochement opaque avec celle-ci ?

Cette dernière pensant (comme beaucoup de monde d'ailleurs) qu'il est toujours préférable de disposer de son ennemi sous sa coupe...N'aurait-elle pas dès ceci, essayée de s'accaparer financièrement ses futurs tirs, son idéologie...

 

Jean Marie (du coup !) faisant parler de lui sur toutes les scènes... -jusqu'au tribunal-, engrangeant quelques extrémistes de plus (c'est toujours bon à ficher ça !), et ouvrant toutes négociations et monayages avec le communauté juive pour ses futurs salves contre les musulmans. et  tout ça !... à la sueur de son front ! s'était peut-être là un coup de génie !

 

N'est-il pas écrits ça et là, notamment dans "Wikipédia" La communauté juive de France se serait rapprochée de ses idées, ressentant une pression de l'antisémitisme en France dont la responsabilité serait à imputer en partie à l'immigration musulmane que Jean-Marie Le Pen estime responsable de nombreux maux. (tiens à la suite de quoi...)

 

Ne cherchons pas la réponse plus loin, auprès de ses membres le front national sous Le l'ére Le Pen à toujours eu:

 

Serge André Yourevitch Verebrussoff de Beketch, né à Tours dans l'Indre-et-Loire le 12 décembre 1946 et mort le 6 octobre 2007 à Clichy : journaliste français, scénariste de bande dessinée  et un écrivain lié à l'extrême-droite, de tous temps proche du Fn, de Jean-marie Le Pen voir sa page wikipédia, dénnoncé en tant qu'antisémite notoire...( malgré une courte participation au côté d'israel à la guerre des 6 jours.)

et ce dernier fondera devinez quoi ? : Le Cercle d'amitié française juive et chrétienne proche du front national avec Bernard Antony, Alain Sanders, Jean-Pierre Cohen et Pierre Semour. il est écris ça et là être proche en fin de compte d'un service rattaché au mossad

 

Jean-Pierre Cohen, né le 1er décembre 1941 à Oran (en Algérie, alors dans un département de l'Algérie française), est un journaliste français.

Ancien journaliste de l'hebdomadaire Minute (1966 à 1981) dont il a été le rédacteur en chef de 1993 à 1995, il a collaboré fréquemment avec Serge de Beketch dans Le Libre Journal de la France Courtoise. Il y fut notamment l'auteur de chroniques d'humour sépharade, publiées ensuite un recueil en deux volumes, appelé « Les Cohenneries » : il s'y met en scène dans le rôle d'un juif paranoïaque terrorisé par l'antisémitisme,

Co-président du Cercle d’Amitié française juive et chrétienne (proche du Front national), il est auteur, avec Bernard Antony d'une brochure, intitulée : « Ni raciste, ni antisémite, le FN répond aux organisations juives qui le combattent injustement. »

 

Bernard Romain Marie Antony   est un journaliste, essayiste et militant politique français, né à Tarbes (Hautes-Pyrénées) le 28 novembre 1944. Il est l'un des principaux chefs de file de la sensibilité « traditionaliste », nationale et catholique. député européen Front national de 1984 à 1999. Coprésident du Cercle d'Amitié française juive et chrétienne avec Jean-Pierre Cohen et Serge de Beketch.  participe en 1982 à la fondation du quotidien Présent, dont il sera le directeur général

 

- A cela ne négligeons pas qu'un service étranger bien organisé, à la diaspora richissime ,et résolu, ne sera jamais à une demi concéssion près !


Vous souvenenz-vous du voyage de notre Président Sarkozy avec un avion du Glam à New-york lorsqu'il était encore Ministre de l'intèrieur... il s'en alla, sans crier gare, à un congrès sionniste dans cette même ville... les plus mauvaises langues diront : chercher du pécule pour son élection bien-sur ! (belle indépendance républicaine !) ! et d'autres constaterons et répondrons: peut-importe ce qu'il alla chercher, mais il revint avec de sérieuses envies de nettoyer de Karcheriser du musulmans en banlieu ! et par la suite un engagement peu étrange à vouloir rayer à tout prix de l'iranien d'Iran. Vous comprendrez de ce fait, qu'au plus haut niveau de l'état, un schisme idélogique devait profondément se créer entre un Dominique de Villepin indépendentiste souverainiste Gaullien et anti-bushiste, et un Nicolas Sarkozy, profondément sionniste-bushiste dépendant de pensées pécunières.

Dans les sphères obscures du pouvoir, si la jonction est ainsi faite, la caissette idéologique alimenterai donc de façon aussi clair Mr Zarkozy, que le front national. Ainsi nos policiers Sarkozyste seraient aussi trompés qu'un électron libre du Fn, les Français républiquains souverainistes autant que les pacifistes israéliens, et les chrétiens aussi spoliés (par une fausse ouverture de facade judéo-néo chrétienne) que les musulmans villipendés, et montrés du doigt -.

La transversal nous permettant de penser que le front National que tout bon chrétien français-fachiste ou en voie de fachisation se doit de respecter, est aussi indépendante auprès des sionnistes, que la Palestine auprès d'Israël... n'est pas bien dure à saisir !

 

Repost 0
Published by 21decembre2012.over-blog.com - dans POLITIQUE- FRANCE
commenter cet article

  • : 21décembre 2012
  • 21décembre 2012
  • : le 21 Décembre 2012 vous interpelle ? aussi limpide va vous apparaitre ici, la réalité sur cette date annoncée.
  • Contact

Le 21 Décembre 2012 est à présent derrière nous,


Et ceux qui ont visité ce blog n'ont pu croire les grands médias traditionnels, puisque comme de bien entendu, ils ne nous ont parlé que de "fin du monde" en décridibilisant le message initial Maya, ou en nous présentant à chaque occasion les pires causes, ou les pires boiteux de la croyance du 21-12-2012 de Buggarache ou d'ailleurs.... Or, vous le saviez il s'agissait de : "la fin d'un monde" ce qui est tout autre ! La fin du monde économique actuel, matérialiste, et profondément égoïste qui doit trouver fin. Avant l'arrivée du 5 ème soleil, ou "du grand message", ou de "l'Ether" ou encore de " l'Apocalypse " voulant dire "Renouveau". Ils ont souhaité nous faire peur sur ce message pourtant empreint de bons sens et de réalisme pour notre avenir. Ils se réjouissent à présent que rien ne s'est passé tel qu'il l'entendait éhonteusement, pourtant le tournant est là, le monde change, et changera tel que les maya nous avertissaient. Le château de cartes financier s'éffondrera, L'année 0 est belle et bien engagée dans la ligne évolutive de l'humanité, et ce n'est que bien plus tard que nous en réaliserons la porté.   


- Introduction et analyse de la lecture du 21 Décembre 2012 par Carlos Barrios 


- L'intégralité de mes 3 entretiens avec un officier supèrieur retraité de la marine, sur les Ovnis, les religions, le 21 Décembre2012.

 

Ci-bas, Une Autre Actualité

Recherche

There is more no greater danger for people, than the own government

No hay peligro más grande para pueblo, que su propio gobierno

Es gibt keine größere Gefahr für ein Volk, als seine eigene Regierung

non c'è non più grande pericolo per un popolo che il suo proprio governo

Há mais nenhum grande perigo para pessoas, que o próprio governo

Для людей не есть большее количество никакой большой опасности, чем собственное правительство

有更多人没有很大的危险,比自己的政府

自身の政府より、人々のためにむしろ大きい危険がありません

هناك خطر كبير على أي شخص, إلا أن الحكومة الشخصي

Archives

en de es it
Il n'y a pas de plus grand danger
pour un peuple,
que son propre gouvernement

anonymous-porte-voix Ils nous ont surveillés, poursuivis, mentis

Anonymous est un devoir de contre-pouvoir

11-jewish-september-usa-flag-world-trade-center